Au Chili, des momies parmi les plus anciennes du monde menacées par le réchauffement climatique

La crise écologique touche les vivants, mais également les morts. Dans le nord du Chili, le réchauffement climatique menace aujourd’hui la préservation de momies, véritables témoins de la culture Chinchorro précolombienne.

Avec le changement climatique, le patrimoine culturel et archéologique de nombreux sites est menacé, et les témoignages des cultures disparues sont mis en péril. Que ce soit à court terme (tempêtes, ouragans, précipitations extrêmes, sécheresses, canicules) ou à long terme (érosion du calcaire et du marbre, corrosion des métaux, croissance des champignons…), les effets néfastes de la crise environnementale sur le patrimoine sont indéniables. Au Chili, des archéologues luttent pour préserver les plus anciennes momies du monde. Des cimetières précolombiens où les anciens Chinchorros décoraient et enterraient leurs morts sont en effet menacés par les effets du changement climatique.

Une deuxième mort pour la culture précolombienne ?

Dans le nord du Chili, des cimetières précolombiens sont régulièrement mis au jour. Ils abritent l’âme des Chinchorros, une communauté de chasseurs et de pêcheurs ayant vécu du VIIIe siècle au IIe siècle avant notre ère. Soucieux de conserver leurs morts pour leur offrir l’éternité, ils momifiaient les corps en les recouvrant dans des confections élaborées constituées de roseaux, de peaux d’otaries, d’argile, de laine d’alpaga et de perruques de cheveux humains.

Le peuple Chinchorro est célèbre pour ses rites funéraires, notamment ses momies ©️Wikimedia Commons / Andrea021

Selon les spécialistes, les momies Chinchorro sont les plus anciens exemples de momification délibérée au monde. Mais l’augmentation de l’humidité dans la région de l’Atacama, dans le nord du Chili, endommage profondément les momies. Constatant le nombre croissant de corps découverts au Chili et l’impuissance du pays à faire face au fléau climatique, Cristian Zavala Soto, maire local dans la région d’Arica et Parinacota, a déclaré : « Regardez le nombre de corps qui réapparaissent […] Si nous ne nous occupons pas des Chinchorros, ils vont disparaître à cause du changement climatique. » Plusieurs squelettes mis à découvert par le vent et la pluie, sont désormais à la merci des pilleurs de tombes et des phénomènes naturels ravageurs.

L’augmentation de l’humidité dans le désert d’Atacama endommage de nombreuses momies et squelettes ©️Unsplash / Diego Jimenez

Une impuissance politique décourageante

Tandis que l’exposition des tombes et des squelettes aux conditions météorologiques extrêmes inquiète les archéologues, aucune solution ne se dessine pour lutter pour leur préservation. D’un côté, les musées n’ont pas les moyens de récupérer tous les squelettes. Comme le précise Bernardo Arriaza, anthropobiologiste spécialiste des Chinchorros à l’université de Tarapacá à Arica, « les musées sont un peu dépassés par tous ces corps ». D’un autre côté, leur entretien n’est pas maîtrisé par tous les experts. C’est ainsi que de nombreux squelettes sont laissés à l’abandon, moisissent ou se retrouvent grignotés par les insectes. Jorge Ardiles, qui fait partie d’un groupe de familles de pêcheurs artisanaux installées dans la région depuis 30 ans, précise au journal britannique « The Guardian » que les autorités, par impuissance ou désintérêt, jettent l’éponge. Il ajoute également que la préservation des corps préoccupe principalement les pêcheurs artisanaux et les archéologues.

Les communautés locales craignent la disparation d’une « merveille de la préhistoire mondiale ». Ici, momie d’enfant Chinchorro, 2012 © Bernardo Arriaza / Regional Program for Protection of the Chinchorro Sites

Mais d’autres pistes redonnent espoir. Alors que les momies Chinchorro ont été récemment inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco, l’ouverture d’un musée équipé d’un système climatique adapté près d’Arica pourrait contribuer à enrayer la disparition de ce que Bernardo Arriaza appelle « une merveille de la préhistoire mondiale ».

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici