Un budget de justice sociale et de transition écologique / Actualités

Le budget primitif, c’est l’ensemble des dépenses et des recettes prévues pour l’année à venir. Pas étonnant donc qu’il vient d’être voté au conseil municipal du 4 février. Montant annoncé : 497,8 millions d’euros.

Au service des Lillois·es

Du côté du fonctionnement, Marion Gautier, conseillère municipale chargée du budget, annonce des dépenses de fonctionnement en légère hausse. Elles viennent financer des frais variés : plus d’agriculture bio dans les assiettes des restaurants scolaires, une nouvelle aide à la licence sportive pour les familles ou encore davantage de classes vertes pour les écoliers lillois.

Sont également programmés le recrutement de 25 policiers municipaux supplémentaires ou la pérennisation de postes pour les accueils péri scolaires, et davantage d’apprentis accueillis dans les services municipaux. Les nouveaux jardins créés et les nombreux arbres plantés ont aussi besoin d’un entretien qui demande des euros supplémentaires.

Pour les écoles

Pour les dépenses d’investissement, deux mots d’ordre : rénovation énergétique et justice sociale. Le « porte-monnaie » destiné à investir passe donc de 91 millions en 2021 à 115 millions en 2022. Parmi les grands projets évoqués, l’élue met en avant la rénovation énergétique de l’école Kergomard (800 000 euros) à Moulins, et celles sur les groupes scolaires Salengro, à Fives, et Brossolette, à Wazemmes (400 000 euros).

Pour les écoles toujours, de nouveaux groupes scolaires sont prévus, celui de la Porte de Valenciennes (3,8 millions d’euros), à Moulins, ou encore pour Florian Moulin Pergaud (1,1 million d’euros), à Lille-Sud. Une rénovation globale et l’aménagement d’une salle de boxe sont programmés pour la salle de sports Lestiboudois (900 000 euros), à Vauban Esquermes.

Entretenir l’histoire

Autre coût incontournable pour une collectivité, la rénovation et l’entretien du patrimoine historique, comme pour la toiture de l’Opéra ou la façade du Théâtre Sébastopol. Quant à la métamorphose paysagère et urbaine, elle se poursuit avec l’installation de 20 sanitaires publics d’ici 2024, la plantation de plus de 3000 arbres ou l’aménagement de la rue Pierre Mauroy.

Des « prêteurs » plus verts

Et bonne nouvelle pour les Lillois·es : les taux de la taxe foncière n’augmenteront pas pour la part de la Mairie. Tout en gardant une trajectoire financière maîtrisée, la Ville a prévu un recours à l’emprunt de 72,9 millions d’euros pour cette année. Dans ce cadre, elle a choisi d’aller plus loin pour inciter les banques à s’engager davantage face à l’urgence climatique.

Marion Gautier rappelle également que la capacité de désendettement de la Ville est estimée à 5,8 ans (bien loin du plafond de 12 ans fixé par l’État). C’est le temps qu’il lui faudrait si elle devait rembourser toutes ses dettes d’un coup sans faire d’investissements. Signe d’une bonne gestion vertueuse et d’une bonne santé financière.

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici