l’exposition du Centre Pompidou en 5 œuvres incontournables

Au Nouveau Mexique, O’Keeffe fait au cours des années 1930 l’acquisition de sa première maison-atelier : Ghost Ranch. L’horizon désertique n’est rompu que par la présence mélancolique du Pedernal, reconnaissable à son sommet plat. De cette montagne peinte à maintes reprises, elle a dit que c’était sa Sainte-Victoire. En 1953, Georgia O’Keeffe s’était même rendue à Aix-en-Provence pour l’admirer. Las, la vue de la Sainte-Victoire l’avait dépitée, au point qu’elle ne comprenait plus les liens entre cette « colline » et les bouleversements picturaux qu’elle avait engendrés chez Cézanne.

Georgia O’Keeffe, My Front Yard, Summer (La montagne Pedrenal devant son atelier), 1941, huile sur toile, présenté dans l’exposition « Georgia O’Keeffe » au Centre Pompidou. Photo ©Anne-Sophie Lesage-Münch / Georgia O’Keeffe

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici