Téléphonie mobile : la Ville s’engage avec les opérateurs / Actualités

Dès 2004, la Ville de Lille fut l’une des premières collectivités locales à mettre en œuvre une charte de téléphonie mobile avec les opérateurs afin d’encadrer le déploiement des réseaux de téléphonie mobile et de répondre aux interrogations citoyennes en matière sanitaire. Cette charte a connu plusieurs actualisations, avant de rejoindre, en 2014, la charte métropolitaine d’implantation des antennes relais.
La Ville de Lille continue le travail engagé avec les opérateurs télécom autour de la déclaration commune.

Alors que la téléphonie mobile offre aujourd’hui un service majeur aux habitants et aux acteurs institutionnels publics et privés, les déploiements successifs de nouvelles technologies comme la 5G présentent certes des opportunités d’usages nouveaux mais suscitent aussi des questionnements supplémentaires sur les impacts sanitaires et environnementaux.

Dans ce contexte, le temps est venu de mettre à jour une nouvelle fois la charte de téléphonie mobile associant les collectivités et les opérateurs pour veiller à la bonne prise en compte tant des préoccupations sanitaires, de la sobriété numérique que des enjeux climatiques et environnementaux. Il s’agit également d’actualiser la réponse aux attentes de transparence des citoyens. Bien qu’elle n’ait aucune compétence directe liée à l’exposition aux champs électromagnétiques, la Ville de Lille a décidé d’engager une démarche de déclaration commune.

Elle a d’abord adopté en octobre 2020 un moratoire sur le déploiement de la 5G sur son territoire dans l’attente de la publication du rapport de l’ANSES. Le rapport a été mis en consultation publique fin avril et les conclusions de celui-ci confirment que la 5G ne présente pas de nouveaux risques sanitaires au regard des données disponibles. Elle propose aujourd’hui avec les opérateurs de téléphonie mobile une déclaration commune comprenant des engagements concrets sur les thèmes suivants :

  • L’exposition de la population aux champs électromagnétiques,
  • la sobriété énergétique et l’économie circulaire,
  • les bonnes pratiques en matière d’usages,
  • L’accompagnement des entreprises et organisations dans leur transformation numérique,

Il s’agit notamment:

  • De compléter l’information des riverains,
  • De limiter l’exposition des habitants aux ondes électromagnétiques,
  • D’observer le niveau d’exposition aux ondes électromagnétiques, en installant des sondes sur l’espace public,
  • De favoriser la sobriété numérique, notamment par des campagnes d’incitation au recyclage,
  • De favoriser l’inclusion numérique en contribuant concrètement au programme territorial d’actions pour l’inclusion numérique,
  • D’établir les conditions de la confiance numérique en diffusant les bonnes pratiques en matière de sécurité numérique auprès des usagers de téléphonie mobile.

Dans l’esprit des précédentes chartes, ce texte vise à renforcer une relation de confiance entre la Ville de Lille et les opérateurs, permettant que le développement numérique local se poursuive dans le respect des valeurs sociales, écologiques et démocratiques chères à la Ville de Lille. Si ce développement repose notamment sur les réseaux sans fil, il doit continuer à s’appuyer sur d’autres techniques.

A cet égard, pour la Ville de Lille, le déploiement de la fibre optique partout sur le territoire communal reste une priorité compte tenu qu’elle permet une connexion stable et efficace sans générer de champs électromagnétiques. La présente déclaration s’appliquera dès signature par l’ensemble des parties concernées, dans un souci d’équité entre tous les acteurs. Cette déclaration commune constitue par ailleurs la contribution lilloise dans le cadre de la réactualisation à venir de la charte métropolitaine d’implantation des antennes-relais.

>En savoir plus sur les antennes relais à Lille

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici