Maroc – Il s’immole par le feu pour dénoncer la saisie «injuste» de sa charrette – NOUVELLES RECENTES

Publié9 août 2021, 22:07

Un Marocain de 25 ans est décédé samedi dans un hôpital de Casablanca. Il s’était bouté le feu pour protester contre le traitement infligé par des policiers.

Un jeune Marocain est mort après s’être immolé par le feu en protestation à la saisie de sa charrette par des agents d’une petite ville près de Casablanca, a-t-on appris lundi auprès de sa famille.

Yassine Lekhmidi, 25 ans, transporteur informel de passagers, est décédé samedi dans un hôpital de Casablanca, la capitale économique du pays «des suites de ses blessures», a indiqué son frère Ahmed Lekhmidi.

Le jeune homme s’était immolé par le feu le 28 juillet devant la commune de Sidi Bennour pour protester contre la saisie «injuste» de sa charrette mais également parce qu’«il nous a confié avoir subi de violences de la part des autorités», a dit le frère.

Aucune réaction sur cette affaire n’a pu être obtenue dans l’immédiat auprès des autorités.

Vous ressentez des pensées suicidaires, ou vous vous inquiétez pour un
proche dont c’est le cas? Parlez-en de manière confidentielle et faites-vous
aider
, 24/7.

– Ligne d’aide pour adultes La Main Tendue (143)
– Ligne d’aide pour jeunes Pro Juventute (147)
– Urgences médicales (144)

La famille réclame l’ouverture d’une enquête

La famille du jeune transporteur «réclame l’ouverture d’une enquête», a ajouté le frère.

Plusieurs centaines personnes ont manifesté lundi en fin de journée à Sidi Bennour réclamant que «justice soit rendue à Yassine», selon une vidéo diffusée par un média local.

Geste ultime de protestation

Le Maroc a connu ces dernières années des cas d’immolation par le feu, comme geste ultime de protestation de personnes vulnérables économiquement et travaillant en majorité dans le secteur informel, qui représente 30% du PIB, selon les estimations de la Banque centrale du Maroc.

Des rapports nationaux et internationaux alertent souvent sur les disparités sociales du pays et sur la nécessité d’intégrer le secteur informel dans le tissu économique national.

La crise sanitaire liée au coronavirus a aggravé la situation, creusant «profondément les inégalités», selon une récente étude de l’institut marocain des statistiques.

(AFP)

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici