l’École de Paris en majesté au MahJ

À la fin de la guerre, un vent de renouveau souffle sur Montparnasse. Après avoir quitté la butte Montmartre pour le XIVe arrondissement au début du siècle, les artistes, écrivains, poètes, marchands d’art et autres intellectuels se retrouvent pour échanger dans les cafés du Dôme à La Rotonde, en passant par La Coupole ou encore Le Select, et créent un cosmopolitisme parisien inédit. Jules Pascin, surnommé « le prince de Montparnasse » par Ernest Hemingway, est de toutes les fêtes, banquets et bals et devient ainsi une figure emblématique du quartier. À l’instar d’Amedeo Modigliani, Chaïm Soutine et d’autres Montparnos, Jules Pascin étudie la figure humaine. « Leur prédilection pour un genre qui plus que tout autre, renvoie à la question de l’identité, n’est sans doute pas sans lien avec leur trajectoire qui témoigne de l’expérience douloureuse de l’exil », décrit le catalogue de l’exposition.

Jules Pascin, Les Petites Américaines, 1916, huile sur toile mahJ © mahJ / Mario Goldman / Jules Pascin

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici