22 demandeurs d’asile parmi les suspects de Cologne

Quelque 121 femmes auraient été volées, menacées ou agressées sexuellement par des gangs d’hommes d’origine étrangère alors que des fêtards faisaient la fête près de la cathédrale gothique à deux flèches de la ville.

Les agressions ont choqué de nombreux Allemands et ont conduit à des appels à des lois plus strictes pour punir les migrants qui commettent des crimes. Vendredi, le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, qui avait été vivement critiqué pour sa gestion de la violence et des communications policières par la suite, a été démis de ses fonctions.

Quelque 1,1 million de migrants sont arrivés en Allemagne l’année dernière, bien plus que dans tout autre pays européen, la plupart fuyant la guerre ou les privations au Moyen-Orient.

La chancelière Angela Merkel a résisté à la pression intérieure pour introduire un plafond formel sur les chiffres, répétant son mantra « Nous pouvons le faire » aux Allemands. Mais les attentats de Cologne ont renforcé le scepticisme de la population.

La police de Cologne a annoncé vendredi avoir arrêté deux hommes âgés de 16 et 23 ans aux « racines maghrébines » soupçonnés d’être impliqués dans les agressions.

Par ailleurs, la police fédérale allemande a déclaré avoir identifié 32 personnes soupçonnées d’avoir joué un rôle dans les violences, dont 22 étaient en train de demander l’asile en Allemagne.

La police fédérale a documenté 76 actes criminels, la plupart impliquant une forme de vol, et sept liés à des agressions sexuelles.

Sur les 32 suspects, neuf étaient algériens, huit marocains, cinq iraniens et quatre syriens. Trois citoyens allemands, un irakien, un serbe et un citoyen américain ont également été identifiés.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tobias Plate, n’a pas précisé si l’un des suspects avait été inculpé. « Les enquêtes sont en cours », a-t-il précisé.

Des vidéos amateurs de la nuit montrent des groupes de jeunes hommes sautant de manière chaotique, tirant des feux d’artifice dans la foule et poussant les passants. Un rapport de police complet sur la soirée est attendu dans les prochains jours.

En réponse aux agressions, les chrétiens-démocrates conservateurs (CDU) de Merkel ont appelé à des sanctions plus sévères contre les demandeurs d’asile fautifs.

Un projet de document vu par Reuters avant une réunion de la direction du parti à Mayence a déclaré que les migrants condamnés à la prison ou à la probation ne devraient pas être éligibles à l’asile.

« Pourquoi les contribuables allemands devraient-ils payer pour emprisonner des criminels étrangers ? » a déclaré le vice-chancelier Sigmar Gabriel, chef des sociaux-démocrates (SPD), partenaire de coalition de Merkel.

Le document de la CDU appelle à la réduction des obstacles à l’expulsion des demandeurs d’asile criminels, à une surveillance vidéo accrue et à la création d’une nouvelle infraction pénale d’agression physique.

Les attentats ont soulevé des doutes quant à la capacité de l’Allemagne, qui compte une importante communauté musulmane turque issue d’un afflux de travailleurs dans les années 1960 et 1970, à intégrer avec succès la dernière vague malgré les tentatives de Merkel de se rassurer.

« Il y a beaucoup de réfugiés qui sont heureux d’avoir survécu, d’être arrivés ici et qui cherchent un emploi. Ces personnes qui peuvent contribuer à notre pays sont les bienvenues », a déclaré Peter Tauber, secrétaire général du parti de Merkel, à la radio Deutschlandfunk.

Derniers articles

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici